Faute de piscine, les Wapettes s’entraînent en mer à Larmor-Plage

Privées de piscine depuis leur fermeture à l’automne, les féminines du Wapiti, Nathalie, Annaïck, Valérie, Sandrine et Marie-Christine (gauche à droite), s’entraînent en mer, comme ce samedi à Toulhars dans une eau à 10°

« Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire quand il n’y a pas de piscine ! », sourit
Annaïck en sortant de l’eau.

Ce samedi après-midi à Toulhars, et comme deux à trois fois par semaine, les féminines du Wapiti Triathlon de Larmor-Plage ont nagé 1,5 km dans une eau à 10°C. Depuis la fermeture des bassins, cet automne, les triathlètes n’ont d’autre choix que de s’entraîner dans la mer, par groupe de six maximum.

« Même s’il n’y a pas d’horizon sur le calendrier des compétitions, les filles du Wapiti, qu’on surnomme les Wapettes, continuent à s’entraîner durement, car certaines se préparent pour un Ironman en 2022, explique Claudie Mocard, référente du groupe. Mais c’est aussi un plaisir de pouvoir se retrouver, dans un esprit de camaraderie qui fait du bien en cette période compliquée ».

De la rigueur et de la convivialité, dans le respect des consignes sanitaires :
c’est dans le même esprit que les entraînements de course à pied, mutualisés avec Larmor Estran Athlétisme, se déroulent également quatre fois par semaine au stade An Arvor, sous la houlette de Christian Falquerho.

Article Le Télégramme 12 janvier 2021