BRAVO à Amélie qui termine 6ème de l’épreuve en  : 13’55 »36

*******************************************************************************************************

Unique représentante du Morbihan aux championnats de France Elite en salle à Bordeaux, le 19 février 2017, la marcheuse de Larmor Estran Athlétisme, Amélie BOURHIS (25 ans) – sacrée pour la deuxième fois championne de France des Nationaux sur 3 000 m, début février – tentera de descendre sous la barre des 14 minutes. Un pari à sa portée.

************************************************************************************************************

Championnat Nationaux de marche en salle. Blessée l’an passé, la Lorientaise vise, samedi à Rennes, un deuxième titre.

En tête des bilans pour ces championnats Nationaux (l’équivalant de la N2), Amélie Bourhis (AP L’Orient) part à Rennes avec l’ambition de s’octroyer un nouveau titre sur 3 000 m marche. Son deuxième, après un premier sacre à Reims en 2015.

Née en 1992, elle a rapidement opté pour l’athlétisme, suivant en cela les traces de son père Christophe, crossmen à l’Amicale Laïque de Ploemeur. « Amélie a débuté par l’éveil athlétique à six ans, puis elle a suivi la filière normale. En benjamines et minimes, elle faisait surtout des épreuves combinées », souligne son père, qui est aussi son entraîneur. Mais c’est un peu par hasard qu’elle est venue à la marche : « Lors d’un interclubs jeunes, il manquait dans l’équipe une marcheuse sur 2 000 m. Amélie s’est alignée et on a vu qu’elle avait une belle allure pour une novice ! »

Repérée par Emile Herry, responsable régional de la spécialité, elle a alors suivi des stages et connu une progression constante. Depuis 2008, elle n’a d’ailleurs pas cessé de collectionner les titres de championne de Bretagne, agrémentés en 2015 d’un titre national. Lors des récents régionaux à Rennes, Amélie Bourhis a abaissé son record personnel à 14’01 ». Un chrono qu’elle espère descendre sous les quatorze minutes. « Amélie était déçue, mais elle était isolée. Ce qui ne sera pas le cas samedi », mentionne son entraîneur.

La tête et les jambes

Diplômée en architecture – elle vient de terminer avec succès une formation d’un an de maçon du bâti ancien – Amélie recherche désormais du travail. Mais en parallèle, la double championne de Bretagne (estival et hivernal) espère aussi beaucoup de ses prochains rendez-vous sportifs : ce samedi à Rennes et dans quinze jours à Bordeaux pour le championnat de France élite, où elle cherchera à rentrer dans le top 6, après avoir terminé 7e en 2015.

Malgré des problèmes pour concilier travail et entraînement Amélie Bourhis semble avoir franchi un nouveau palier : « On a modifié son entraînement en mixant le cross (12e au départemental) et la marche. C’est moins répétitif. Cette année, Amélie est très forte, si elle trouve de l’adversité ça peut l’amener vers haut, observe son père qui n’oublie pas, les années de travail et de sacrifices ». Le prix à payer pour atteindre le haut niveau.